[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Documents

Le mot du jour



Cy Jung Feuillet — Le mot du jour

Je fais beaucoup de recherches de vocabulaire, notamment pour éviter les répétitions ou les rimes. Et comme j’aime utiliser les mots rares, les expressions archaïques, les deux vont bien ensemble.

Ce matin (le 2 mars 2011), j’ai eu subitement envie de partager avec vous un adjectif qui m’était jusqu’alors inconnu. « Palpébral », « Qui se rapporte aux paupières », dit Antidote. Il y en a eu d’autres depuis le début du texte. Si je les retrouve lors de mes relectures, je les ajouterai… Et compléterai cette liste au fil de mes découvertes.

Note :
* J’indique à chaque fois ma phrase et le Feuillet correspondant. On aura compris que le texte peut bouger après cette première utilisation.
* Dans la mesure du possible, je mettrai un lien pour une définition en ligne plus complète que les paraphrases que je pourrais faire.

4 avril 2012 : Conflagration (n.) : Le pétard sous la boîte de champignons suggère que l’on oublie d’allumer un feu de camp même si c’est fédérateur. On accepte. On a eu notre lot de conflagrations.
Une fois encore, c’est à la fois le sens propre (« incendie » dit Antidote) associé au sens figuratif « bouleversement ») qui m’intéresse ici.

14 mars 2012 : Obombrer (v.) : Et les rengaines obombrent la lumière du jour.
Je prends ce verbe dans tous ses sens, et notamment celui, figuratif, que propose Antidote et qui n’est pas dans le XMLittré, « Entraver (l’esprit, une faculté de l’esprit) ».

11 mars 2012 : Papilloter (v.) : La dynamite nous plonge dans le noir, Jésus papillote et Dieu nous éblouit.
J’utilise ce verbe dans ce qu’il se renvoie à un excès de lumière qui éblouit, à quelque chose de brouillé, de flou. Le plus proche serait le (5°) de la définition du Littré.

29 février 2012 : Mainmettre (v.) : On se sentait en colère, rebelle à cette liberté que d’aucuns voudraient nous prendre au nom de la joie à laquelle on aspire.
Mainmettre.
Il serait temps !

Le voici dans le dictionnaire Reverso.

15 janvier 2012 : Aberrer (v.) : Aberrer.
On a fait un mauvais rêve. On avait envoyé un texto par erreur.

Il est absent du XMLittré. Le voici dans le Wikitionnaire.

13 janvier 2012 : Mordication (n. f.) : La mordication se propage sur le dessus de la main.

8 janvier 2012 : Crépitation (n. f.) : On entend quelques écoulements et autres goutte-à-goutte, quelques chuintements, de légers sifflements, de rares crépitations.
En matière médicale, Antidote en donne une définition plus restrictive que le XMLittré : « Bruit anormal produit dans l’organisme. » Cela va très bien à mon passage.

7 janvier 2012 : Col (n. m.) :On a froid aux chevilles, aux jambes, au pubis, aux reins, au ventre, aux coudes, aux omoplates, aux seins, au col, à la tête.
J’ignorais que « col » désignait le cou avant de désigner « le cou de quelque chose », une bouteille, une chemise, etc. Je l’utilise donc ici dans le sens direct de « cou ».

2 janvier 2012 : Celer (v.) : À celer, on a perdu l’histoire là où l’on voulait la garder.
Le Grand Robert dit « Garder, tenir secret. », Antidote propose « taire ». C’est plutôt dans ces sens que dans celui du XMLittré que je l’utilise.

1er janvier 2012 : Palingénésie (n. f.) : Les deux s’écrasent sur la lettre d’amour qui resurgit alors qu’on l’avait soigneusement enfouie tout au fond des viscères afin de justement se prémunir de tout risque de palingénésie.
Le concept est forcément beaucoup plus complexe que l’usage que j’en fais. Il s’agit donc de garder l’idée… et je verrai si elle résiste à une prochaine lecture.

19 décembre 2011 : Rambiner (ou rembiner) (v.) : S’affranchir.
Rambiner.
Peut-on encore panser les plaies ?

Je l’ai choisi pour sa définition « remettre en santé » trouvée dans le Grand Robert.

18 décembre 2011 : Nymphée (n. m. parfois f.) : (22) Les vents sourdent dans les profondeurs du nymphée.
J’utilise ici « nymphée » pour désigner le « ventre », si proche d’une source (joyeuse).

15 décembre 2011 : Tictaquer (v.) : Un vieux réveil tictaque.
J’ignorais l’existence de ce verbe, pourtant en usage depuis la fin du 19e siècle.

9 décembre 2011 : Riflard (n. m.) : (15) On sort un riflard.
Il s’agit ici du couteau de maçon.

23 novembre 2011 : Choquer dans (v.). (4) Les mots choquent dans les émotions.
J’ai trouvé cette construction intransitive en synonyme de « se choquer » dans le TLF. Je vous y renvoie.

21 septembre 2011 : Dilection (n. f.). (49) L’amour est dans la joie et, tant qu’à faire, autant se concentrer sur la dilection.
Je l’utilise dans le sens donné par Antidote « Amour spirituel et pur ».

13 septembre 2011 : Se rasseoir (v.). (47) La vachette se rassoit et s’endort sur sa position dominante, cocarde en berne.
J’utilise ici « se rasseoir » dans son sens peu usité (et que j’ignorais) de « Ramener au calme, reprendre ses esprits », dit Antidote. Le XMLittré confirme et propose des usage avec ellipse du pronom qui peuvent être intéressants à utiliser.

21 août 2011 : Avunculaire (adj.). (44) On remet la pince. On ouvre le dictionnaire. On voudrait savoir ce que signifie « avunculaire ». Il répond que c’est une histoire de tante.
Ce mot m’a été soufflé par un texto de Sarah qui m’en demandait la définition.

18 août 2011 : Gousset (n. m.). (42) Une crampe perce mon flanc. Elle part du ventre, passe sous les côtes et se termine dans le gousset.
C’est bien sûr le « creux de l’aisselle » que je retiens ici, mais on peut ajouter l’odeur, si l’on veut !

11 août 2011 : Contus (adj.). (40.) C’est la chair qui le dit. Elle bien solide, maintenant qu’elle part en lambeau. Avant, elle était contuse à la moindre piqûre.

9 août 2011 : Axone (n. m.). (37.) Il court de neurones en synapses et cherche l’axone où sommeille l’émotion qui lui ferait échos.
J’’utilise axone de façon certainement impropre mais peu m’importe. L’idée est d’utiliser ici des mots qui désignent le cerveau dans son aspect biologique. Ce n’est pas dans le XMLittré ; voici la définition de Doctissimo.

7 août 2011 : Algidité (n. f.). (35.) Ma chair ne proteste pas non plus des coups reçus par inadvertance ni des écrasements et autres étirements qu’elle a dû amortir. Elle se resserre et résiste à l’algidité qui révélera bientôt tiraillements et courbatures.
Le terme, trop récent, n’est pas dans XMLittré. Je vous renvoie au Wikitionnaire.

5 août 2011 : Onéreux (adj.). (34.) Les gris, on les trouvait tristes, pâteux, pesants. Onéreux.
Je ne connaissais pas le sens ancien de ce terme (« Qui est à charge, qui pèse un fardeau ») et je suis ravie d’en restaurer l’usage !

17 juillet 2011 : Blettir (v.). (30.) On veut le voir pourrir. Cela va bien avec le silence.
Blettir.

16 juillet 2011 : Adjurer (v.). (28.) Doit-on de nouveau tenter une prière, adjurer, l’implorer ?
En bonne parpaillote, je connaissais le verbe abjurer mais pas adjurer. À ne pas confondre !

28 mai 2011 : Diffa (n. F.). (19) Dieu reste planqué dans le dictionnaire entre « diététiste » et « diffa ».

28 mai 2011 : Ourdir (v.). (19) On passe. On carde. On ourdit. On tisse. On façonne. On pique. On coud. On pourra toujours avoir besoin d’une marinière si l’on s’écoule dans le siphon avec l’eau du bain.
Je savais « ourdir un complot » mais pas une chaîne sur un ourdissoir.

17 mai 2011 : Sacré (adj.). (11.) Le sciatique se comprime dans sa gaine sacrée.
C’est le sens 11° que je retiens.

17 mai 2011 : Étrécir (v.). (11.) « J’étrécis mes chairs sous le nombril. »

17 mars 2010 : Génitoires (n. m. plu.). (21) Dieu n’a rien de tout ça, ni œil, ni culotte, ni génitoires.

17 mars 2010 : Licher (v.). (21) Ah ! si on lichait à petites gorgées tous les clitoris du monde plutôt que de se les enfiler cul sec.
Vous en trouverez les définitions ici. Je l’utilise dans le sens de « boire ».

17 mars 2010 : Thanatologie (n. f.). (21) On n’avait pas fait d’études de thanatologie.

10 mars 2010 : Aquosité (n. f.). (20.) Devra-t-on faire sauter une boîte de champignons avec un pétard mouillé au vu de l’aquosité ambiante ?

2 mars 2011 : Palpébral (adj.). (15.) Une larme point. Un réflexe palpébral l’efface.


Information publiée le dimanche 4 mars 2012.



Document précédent / Document suivant
Retour à tous les Documents


Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.