[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Feuillets

V06-7 novembre 2013



Cy Jung Feuillets — V06-7 novembre 2013

 [290d] [119f] [192f] [197d] [196d] [275f] [289f]

57.

Mes mains se posent sur mes cuisses. Mes épaules prennent le large. Mon souffle m’enveloppe d’une étrange fébrilité. Mon ventre se creuse. Mes abdominaux dessinent un cône qui guide l’influx nerveux à ras de pubis, juste à l’endroit où la vulve prend naissance. Un filet de chair s’écoule dans le mouvement. Il transmet une quasi-chaleur au clitoris et mes petites lèvres chuchotent, prêtes à s’embraser en répons. Une courte irritation affleure. Va-t-il falloir que ma main s’en mêle pour que la chair jouisse de l’incendie qui court ?
Ce serait vain. La pulpe fait mine de s’enflammer alors que mon sexe est transi. Mes nymphes sont livides. Une urtication accessoire se fait passer pour une effervescence. Je grimace, du dépit au fond de la gorge. Mon corps se trompe. Il tente une contre-offensive et crispe le périnée d’un coup sec comme pour ferrer le gland et que se soulève le capuchon. Rien n’y fait, pas même une pensée vagabonde. Mon sexe brûle sans fondre. Il réclame une caresse, un baiser, une attention. Il invente. Je ne dois pas le laisser faire et choisis de mettre un terme à cette farce avant que ne surgissent mes impatiences.

(…)
Seules d’infimes corrections ont été faites dans ce Feuillet depuis sa version 5 des 9, 10, 11, 13 octobre 2012, que l’on peut retrouver ici à partir du (57), puis , à partir du (64), lalala.

Une odeur de chien mouillé vicie l’intérieur de la boîte. Ça pue. La corde à linge, une fois encore, s’y colle. Elle est si précieuse. La pince l’assiste. On les remercie. Les angelots et Noé quittent la scène. Quelque chose, subitement, nous fait sourire. On ignore quoi. On interroge la liste.
— La foi ?
Judas ! Depuis quand y es-tu ?
On récapitule.

« Une Bible, un dictionnaire, un poisson qui pue, un couteau suisse, une tartine, un oreiller, une couette, un tire-bouchon, une échelle, une poupée, une paire de merguez, Jacques Lacan, une tarte aux fraises, un pétard sous une boîte de champignons, une vachette, une pince, Dieu, une lettre d’amour, une corde à linge, une chaussette, des chocolats. »

On ne t’y voit pas.
On ne t’y verra jamais.
Tu es trop proche de Dieu, Judas. Et Dieu, on n’y croit pas.
— Menteuse !
Tais-Toi. [279f] [290f]


--------------

[290dDébut-2013:11:07

[119fFin-2011:09:10

[192fFin-2012:02:01

[197dDébut-2012:02:14

[196dDébut-2012:02:10

[275fFin-2012:10:04

[289fFin-2013:11:06

[279fFin-2012:10:13

[290fFin-2013:11:07





Feuillet précédent / Feuillet suivant
Retour à tous les Feuillets


Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.