[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Feuillets

V06-30 octobre 2013



Cy Jung — V06-30 octobre 2013

 [287d] [161f] [164d] [260f] [286f]

23.

On éternue.
On renifle.
On s’excuse. On n’a pas trouvé de Kleenex.
On éternue encore.
Il y a bien sûr le linceul… On préfère arracher une page à la Bible. On se mouche dedans. Les sécrétions se collent à quelques versets du Lévitique. Bon choix. Aucun mot ne s’efface. C’est dommage. C’est du solide. C’est du lourd. Ça pèse son poids, la culpabilité.
(…)

Seules d’infimes corrections ont été faites dans ce Feuillet depuis sa version 5 des 12, 13, 16, 18, 20 et 21 septembre 2012, que l’on peut retrouver ici à partir du (23), puis , , lalala et encore et ici pour finir le (33).

(…)
Sortir.
Renoncer d’abord.
Choisir, ensuite.
Entre quoi et quoi ? Entre qui et qui ? Entre soi et les autres. Entre autres…
Aimer, enfin.
Et se goinfrer de tarte aux fraises, dès que le tire-bouchon aura laissé la place.
Il dit en avoir pour un moment et suggère de chercher une tablette de chocolat. On n’a jamais assez fait d’abdos pour trouver autre chose que des cellules adipeuses en ordre dispersé. On pompe. Le cœur ne suit pas. On pleure. Les yeux sont secs. On se souvient. Le cerveau se déconnecte. On espère. Les nerfs craquent.
On doit faire quelque chose.
Y croire.
C’est exactement ça. [86f] Oui. Ça.
— Ça quoi ?
Tais-toi ! [176f] [178d] [287f]


--------------

[287dDébut-2013:10:30

[161fFin-2011:12:18

[164dDébut-2011:12:23

[260fFin-2012:09:10

[286fFin-2013:10:29

[86fFin-2011:07:13

[176fFin-2012:01:08

[178dDébut-2012:01:12

[287fFin-2013:10:30





Feuillet précédent / Feuillet suivant
Retour à tous les Feuillets


Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.