[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

28 septembre 2012



[Petit déroulé : 24:23 ; 3 km. Caractères ouvrés : 9518]

Courte matinée de travail. Je vais devoir m’arrêter plus tôt que d’ordinaire. Sans doute que demain aussi. Ce n’est pas grave. Cela fait partie du temps de l’écriture.
J’avais noté hier de revoir le (48) que je n’avais lu qu’une fois. Je sens la fatigue de mon premier cours de judo véritablement intensif depuis la reprise. C’est comme un engourdissement qui me contraint à me concentrer sur l’essentiel. Cette disposition du corps a-t-elle une incidence sur l’écriture ? Je crois que j’ai déjà posé cette question à l’occasion de quelques Feuillets ; sans donner de réponse. À lire les passages en « je », j’en donne une. Et à l’opposer à ce « on » qui doit sortir, je la complète…
Je vais donc me plonger l’âme dans le corps pour viser l’essentiel. Je pose ma balise. Café… Hajime !

Je corrige encore à la volée, notamment « partir en lambeaux » (pluriel) ; je me demande comment ce genre de coquilles peut rester si longtemps dans un texte ; cela restera toujours un mystère. Je me demandais hier s’il ne fallait pas, à un endroit, ajouter la liste. Je le fais en y mettant les chocolats, pour que le paragraphe tombe bien. Je vérifie dans le plan que cela reste cohérent. J’y travaille un peu.
Je reviens à mon texte. J’imprime la page 99 qui comprend désormais la liste et je reprends ma lecture du début. Je vais au bout. Je reprends une dernière fois du début. Encore une petite correction. Je passe au (49). Il est très court. Je le lis en même temps que le (50).
Je les corrige d’emblée. Je relis. Je corrige. Je relis. Antidote. Je dois m’arrêter là.

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord