[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Feuillets

V04-16 avril 2012



Cy Jung Feuillets — V-04 16 avril 2012

 [232d]
Aimer.
Et trouver l’équilibre. [230f]

82

On se pose un instant. La faim est revenue. La soif. On en profite. On réclame un stylo. La Bible nous offre quelques pages vierges. La lettre d’amour propose de servir de pupitre. On lui préfère la tartine.
Écrire.
Offrir.
Et donner du sens aux mots.
« Mon amour,
« Nous y sommes.
« Et je ne sais toujours pas te dire que je t’aime.
« Les mots me paraissent si empreints d’une histoire qui n’est pas la nôtre, si chargés, si lourds. Et je veux être légère. Mon désir est une plume. Ton sourire est un oiseau. Nous déployons nos ailes et sous nos pieds le ciel se dérobe. Je t’aime. Tu m’aimes. On sème la moisson à venir.
« Quoi d’autre ? Je ne veux rien qui ne serait pas ce savoureux mélange de désir et de liberté, d’être et de sororité. Mon amour, protégeons-nous du monde ; pensons [°] nos plaies ; et ne laissons plus jamais nos blessures béantes. Mon amour, sourions à chaque rayon du soleil qui réchauffe, à chaque brise qui rafraîchit nos joues enflammées. Mon amour, chantons les louanges de cette vie que nous tenons au creux des paumes, à bout de bras, aussi, parfois.
« Mon amour. Donne-moi. J’ai tant à t’aimer. »
On s’arrête là. L’essentiel est dit.
On relit.
La poupée trouve cela joli. La vachette préfère dire que c’est beau. La liste est partiale, on le sait. On a fait tant de chemin ensemble. À la vie ! À la mort ! Non ! Pas tout de suite. On y retournera, mais une autre fois.
Sortir.
On y est. On y va.
Aimer.
On y croit.
— Dans ce cas, il faudrait peut-être que tu la signes, ta lettre.
Oui Judas, bien sûr que l’on signe.
« Une Bible, un dictionnaire, un poisson qui pue, un couteau suisse, une tartine, un oreiller, une couette, un tire-bouchon, une échelle, une poupée, une paire de merguez, Jacques Lacan, une tarte aux fraises, un pétard sous une boîte de champignons, une vachette, une pince, Dieu, une lettre d’amour, une corde à linge, une chaussette, une histoire, des chocolats. »
Une histoire.
Des chocolats. [232f]


--------------

[232dDébut-2012:04:16

[230fFin-2012:04:13

[°Ce n’est pas une faute de frappe.

[232fFin-2012:04:16





Feuillet précédent / Feuillet suivant
Retour à tous les Feuillets


Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.