[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

3 janvier 2011



[Renforcement musculaire : 43:00. Caractères ouvrés : 4504]

Il est important que je commence à écrire.
J’hésite encore entre les sujets « je », et « elle », l’âme. Je dois y aller, faire ce que je ne fais pas d’ordinaire : partir sans plan, sans perspective ; juste suivre l’idée et faire confiance à mon écriture.
J’ouvre un fichier « modèle roman ». Et je lance une première phrase en même temps que j’écris un mail à Isabelle ; je fais cela souvent, quand je ne sais pas où je vais : écrire deux choses en même temps, un texte littéraire et un mail.
D’emblée, je découpe le texte en séquences, que je numérote sur le mode « 1. » ; je ne sauterai pas de pages entre les différentes séquences ; elles ne doivent pas porter atteinte au caractère linéaire du récit, de la plainte. La plainte ? Je n’y avais pas encore pensé en ces termes et le mot est venu tout seul… Je laisse venir.
Après vingt lignes, je découvre que je suis partie à écrire en « on » avant de passer en « je ». Je tente le « on », tout du long. Je verrai ce que cela donne. Je laisse le féminin sur « on ». J’atteins la troisième séquence ; je me demande si je ne vais pas rependre en « je » les narrations décalées. Je verrai ça demain.
J’y reviens ; je peine à quitter le texte. J’en arrive à associer le « je » à « éprouver ». Cela me rappelle un texte commencé jamais fini sur les sensations. Je ressors le travail préliminaire à ce texte. Je verrai à ma prochaine séance de travail si je le verse à mes documents. J’ai créé aussi un fichier plan. Cela prend forme.
Il faut aussi que je calibre ce tableau de bord. Ou que je le laisse à l’écriture libre. Je ne sais pas encore.

Lire le feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord