[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Feuillets

V04-12 décembre 2011



 [157d]

16.

J’ai froid, dedans, partout, à l’intérieur. J’ai froid, comme un cœur qui meurt. Je fais quelques mouvements de la tête. Mes cervicales ont souffert. Mes chairs sont en désordre. [17f] Les étirements n’ont pas réduit les courbatures. Je dois alimenter mes muscles en eau et en protéines. Aller plus loin. Aller plus haut. Pourquoi ? Je grelotte. Le froid se propage. Il est coincé sur les biceps. Il guette une ouverture. Les cuisses. Il file vers les cuisses ! Les genoux. Le ventre à présent. Les jambes. Je me fige. Je dois trouver une source de chaleur. Je fais du thé, vert. [33d] Il me réjouit. Le froid s’estompe. Je suis sauve. [24f] Presque sauve. [26f] [32d] [72f] [155f]

17.

— On danse ?
Qui parle ?
— Devine !
Une clochette tinte.
On a connu mieux comme musique pour mettre de l’ambiance. On s’en contente.
Bouger.
Aimer.
Cela tonifie au-delà du cœur.
— Même les pieds ?
C’est ça. Les pieds.
Gratter.
Et remettre des chaussettes avant que le foie ne parte en compote. [156f]

18.

— Pan !
Qu’est-ce que c’est bruyant, ce corps qui se délite !
On se rétracte, le poisson qui pue par-dessus la tête et le dictionnaire pressé contre le ventre. On ne veut plus rien entendre. On voudrait réfléchir et se reposer.
Penser.
Sortir.
— Pan ! Boum !
On sursaute. Le poisson qui pue tombe à l’eau. On s’accroche comme on peut au dictionnaire et on allume la radio afin que la musique couvre les prochaines détonations.
— P… ! B… !
C’est mieux.
Écouter.
On s’assoit. On pose le dictionnaire à côté de la Bible. La chanson interroge.

« Est-ce que l’on sera un jour puni ? »

Bonne question, et congrue. Elle nous rappelle que l’on a toujours eu un peu peur, de ce que l’on disait du purgatoire, de ce que l’on disait de Dieu, du paradis, de ce qu’il serait à jamais perdu. On grimpe à la corde à linge et on se retrouve face à une lourde porte de bois vermoulu, bien sûr, rivets et montants rouillés apparents. C’est impressionnant, une telle porte. On frissonne. On se serre les coudes. On se lance.
Sortir.
— Toc toc ! C’est nous !
Entrer.
On attend.
On aurait peut-être dû apporter un cadeau pour amadouer le portier et son hôte, un morceau de tarte aux fraises ou un tire-bouchon. Quelque chose de gentil. Une glace au chocolat dans un sac isotherme. Des fleurs. Dieu aime-t-il les fleurs ou préfère-t-il sucer, des bonbons ? On n’aura jamais la réponse à la question. On n’a pas eu longtemps à attendre. On nous ouvre. saint Pierre est là, le sourire aux lèvre. D’après ce que l’on nous a raconté, il doit nous faire l’annonce de notre destin. Où va-t-il nous envoyer ? Au chaud ? Au froid ? À droite, à gauche, en haut, en bas ? Ailleurs. Est-ce lui qui décide où, avec qui, pour quoi faire ?
On se trompe de décor. C’est une fable.
Qui sait ?
Sortir.
C’est d’emblée moins urgent.
On se concentre de nouveau sur la chanson qui passe. La mélodie est agréable. La voix nous rassure. On monte le son.

« C’est le Bon Dieu qui nous fait. C’est le Bon Dieu qui nous brise. »

Salaud ! [36d] [20d] [10f] [8f] [157f]


--------------

[157dDébut-2011:12:12

[17fFin-2011:02:04

[33dDébut-2011:01:25

[24fFin-2011:02:12

[26fFin-2011:02:15

[32dDébut-2011:01:24

[72fFin-2011:05:20

[155fFin-2011:12:09

[156fFin-2011:12:11

[36dDébut-2011:03:02

[20dDébut-2011:02:07

[10fFin-2011:01:20

[8fFin-2011:01:18

[157fFin-2011:12:12





Feuillet précédent / Feuillet suivant
Retour à tous les Feuillets


Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.