[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

20 septembre 2011



[Judo (en soirée) : 50:00. Caractères ouvrés : 29185]

Après un long échange de mails avec Pascale sur la construction de « se rappeler » que j’ai utilisé dans mon Feuillet du 30 août 2011, je corrige d’emblée la phrase concernée du 43, mal construite. « Qu’il est dommage que l’on ne s’en rappelle pas ! » devient « Qu’il est dommage que l’on ne se le rappelle pas ! » Mais je sens que la phrase doit bouger ; j’ai des soucis de répétition de « se rappeler » et « se souvenir » dans ce passage. Je dois y travailler.
Après avoir préparé un long article de mon LexCy(que) sur le sujet (en ligne le 13 octobre 2011), je pose donc ma balise en haut du 43 pour une matinée de relecture. J’écoutais en même temps More best of de Léonard Cohen ; cela mérite de mettre Suzanne dans la musique qui m’accompagne, dans une version live plus grave et plus longue que la version originale.
Toujours côté LexCy(que), j’en ai également préparé un dimanche sur « quelque » au singulier, croisé dans mon Feuillet de vendredi. Il sera en ligne le 28 septembre 2011. Un café s’impose, que je bois avec Zaz qui complète la mise en train.

Je relis donc le 43, tranquille. Je chaloupe avec Anastacia, déjà dans la Musique qui m’accompagne. Je baisse le son. Je me concentre. Je fais quelques corrections à la marge. Cela fonctionne.
44. Aucun souci.
45. Je corrige, à la marge encore. Je lis à petite vitesse. Je savoure mon texte et me fais plaisir en transformant « fil » (qui ne m’allait pas) en « nerf » avant de me rendre compte de l’association d’idées produite : « Ou alors, c’est la guerre. On tend l’oreille en prenant soin de ne pas l’égarer tant elle ne tient plus qu’à un nerf. » Involontaire et facile mais réjouissant. Encore une correction. J’arrive au bout du passage. Il me va.
46. Aucun souci. J’en profite pour ajouter « Je coule et je suis comble. » aux Phrases que j’aime.
47. Gotan Project m’accompagne sur deux morceaux. Je fais quelques menues corrections. J’arrive au bout et enchaîne avec le 48. Les deux me vont. J’imprime les pages que je viens de valider pour ma version papier.
49. Je fais une lecture rapide, tricote un peu. Je suis farcie. Je m’arrête.
Et voilà que grâce au verbe « se rappeler », transitif direct, vous avez ce matin un long passage à lire, quatorze pages, qui donnent un peu la mesure du texte dans sa longueur. Bonne lecture !

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord