[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

21 août 2011



[Petit déroulé : 3 km ; 24:49. Renforcement musculaire : 17:00. Caractères ouvrés : 5249]

J’ai pris quelques notes hier soir. Avant de me replonger dans le 43 qui est loin d’être au point, je voudrais les poser. Je cherche leur place dans le plan ; et intercale d’emblée un nouveau 44 avant les deux « je » déjà écrit, point où je colle les idées notées au 43 et que je n’ai pas traitées : « Relier la foi au corps ? / Être désirée. Être capable de désir. Ce n’est pas si facile. »
Mon idée notée hier, « éplucher (et non équeuter !) des haricots verts », colle très bien avec ça. Comment ? Vous verrez bien ! J’en profite pour noter dans le Complément au plan une idée que j’ai relevée dans un article de Claude Almos : laisser une place (au doute), ce n’est pas laisser « toute » la place. J’aime bien cette « place » qui ne serait pas « toute la place ». Je ne sais pas ce que je vais faire avec ça mais, c’est comme les haricots verts, ça va trotter et ressortir à bon escient. Et haricot vert qui trotte… imaginez !

Je commence mon écriture par ce nouveau 44. Je ne pose pas ma balise pour l’instant ; je verrai où je la mets en fonction de ce qui sort.
Mon texte avance à la vitesse du « petit déroulé ». Les enchaînements se font. Je laisse courir. J’ajoute « avunculaire » au Mot du jour pendant que Thierry Hazard danse le Jerk (et moi aussi !) ; Sarah m’en avait demandé la définition par texto et cet adjectif est parfait pour le contexte. Et dans les Citations, j’ajoute une phrase que j’ai détournée de ma lecture d’un ouvrage de catéchisme histoire de rendre à Jésus ce qui lui appartient (quand même !)
Et comme personne ici ne croit au hasard, j’étais à chercher un refrain pour illustrer mon texte quand l’ordre aléatoire de ma playlist a lancé Léonard Cohen dans les enceintes. La musique m’a aussitôt portée. J’ai cherché dans Google traduction ce que pouvait bien dire « The faith ». La foi ! Et moi qui ne parle que de ça. Le hasard… En ma foi Dieu se mouille, c’est de plus en plus évident !
J’ajoute cette chanson à La musique qui va avec. Je relis peu mon texte et ne remonte finalement pas en haut du 43. J’y reviendrai demain. Je pose donc ma balise en haut du 44 et mets en ligne ce premier jet ; j’espère qu’il se transformera en suffisamment fines particules pour vous rafraîchir.

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord