[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

14 août 2011



[Muscles en jachère. Caractères ouvrés : 9860]

Je me souviens que je devais réfléchir à comment « éprouver l’espoir » à partir de la sensation d’une douleur qui disparaît. Je devais… Je n’ai pas ; au moins de manière consciente. Je vais donc poser ma balise en haut du 40, qui a besoin de travail et je verrai où j’en suis quand j’arrive au 41. À moins qu’un doux génie m’éclaire d’ici là… Un génie ? Sans bouillir, bien sûr.
Ça commence bien ! J’y vais.

Je change un mot, ajoute une phrase… La première page fonctionne. Je la relis et continue. Je chasse un doublon, change un verbe, corrige un subjonctif, une tournure de phrase… La deuxième page file. Je reprends au début et la dépasse… La relecture en boucle continue. Je tricote la fin.
Entre deux, j’augmente le plan avec des idées notées hier soir qui me permettent de faire le lien entre la joie et la solitude, une sorte de retour en arrière. Voilà que je me mets à penser en boucle moi qui ai toujours préféré la pensée linéaire. Un effet de mon mode de relecture, sans doute.
Je passe au 41, qui ne me satisfait pas totalement mais que je laisse tel quel à un mot près, pour l’instant. Le 42 est toujours vierge. Je me lance. Deux paragraphes pour quinze lignes. Cela me va. Je tricoterai demain, comme il se doit.
J’embraye sur le 43 avec l’idée de porter la joie à la foi. Belle entreprise. J’ai envie de passer par un récit. J’ajoute ce point au plan. Je pose presque une page et dois m’arrêter là. C’est l’heure. L’heure de quoi ? L’heure de sortir de l’écriture.

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord