[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Documents

La musique qui va avec



Cy Jung Feuillet — Deezer

Mise à jour du 3 avril 2012.

Il n’est pas rare que je cite un morceau de musique dans un texte ou que je sois très inspirée par un titre à un moment ou à un autre de mon écriture.
La mise en ligne de mon travail me permet aussi de partager ces musiques. Les voici, avec, indiquée sous le lecteur, leur localisation dans le premier feuillet où elles sont apparues, les phrases citées pouvant avoir évolué depuis la constituions de la Playlist.

Si la playlist ne s’affiche pas, cliquer ici

11 janvier 2011. Joe Dassin : L’équipe à Jojo.
(7.) Il nous faudrait au moins une chanson de Joe Dassin pour remettre un peu de joie dans tout ça. L’équipe à Jojo ? C’est parfait.

14 janvier 2011. MC Solaar : Bouge de là.
(2.) On va devoir faire un effort, comprendre, sortir. « Bouge de là ! », disait une chanson. « Sortez-vous les doigts du cul ! », braillait un entraîneur sportif. On n’est pas sur un stade.

16 janvier 2011. Rouge rouge : L’amour.
(6.) « L’amour, l’amour, l’amour ». C’est une rengaine qui construit la chanson. On la veut douce. Elle enivre. « Je veux trouver… » La sortie. L’amour.


18 janvier 2011. Raphaël : Caravane.

(8.) « Est-ce que l’on sera un jour puni ? », demande Raphaël. La question a son importance. Elle est de circonstance, en tout cas. On a toujours un peu peur, de ce que l’on disait du purgatoire, de ce que l’on disait de Dieu, du paradis, de ce qu’il serait à jamais perdu. C’est saint Pierre qui va nous faire l’annonce de notre destin, éternel, s’il y a. Où va-t-il nous envoyer ? Que va-t-il faire de nous ? Où serons-nous demain ? Avec qui ? Pour quoi faire ?
Sortir. C’est d’emblée moins urgent.
« C’est le Bon Dieu qui nous fait. C’est le Bon Dieu qui nous brise. »
Salaud !

27 janvier 2011. Alain Bashung : Comme un Lego.
(6.) Une Bible, un dictionnaire, un poisson qui pue, « un Lego, mais sans mémoire ». On se dissipe encore. Ça suffit. On oublie le Lego. Que nous faudrait-il d’autre ?

8 février 2011. L’Internationale (Jean-Jacques Milteau, Fragile).
(9.) Le paradis est en grève. La lettre est coincée dans un centre de tri par un piquet tenu jour et nuit par des gros bras de la CGT associés aux ultras de chez SUD. Ils mangent des merguez, sans arrêt, et chantent l’Internationale, la bouche pleine.

10 février 2011. Gabrielle : Should I stay.
(10.) Il y a encore tant de bon que l’on ignore. On doit engranger. « Si je reste… » dit une dame en anglais ; il n’en est pas question ; on ne parle pas sa langue ; on ne peut pas le lui dire. On se tait. Sortir. Cela va venir.

12 février 2011. Boney M. : Ma Baker.
(12.) L’adjectif me renvoie à une partie de football. Y a péno ! C’est évident. Boney M. me donne envie de danser. Je suis sauve.

4 mars 2011. Marc Lavoine et Bambou : Dis-moi que l’amour.
(22). Et boum ! Badaboum ! « Dis-moi que l’amour ne s’arrête pas. »

1er avril 2011. Lady Gaga. Telephone.
(29) Cela manquait tout à l’heure ; Lady Gaga. Non ! il ne faudrait pas que la chair se croie autorisée à entamer une danse avec des pseudo baisers lesbiens en prime ; les morceaux risqueraient de s’éparpiller au-delà de ce que la putréfaction autorise.

11 juillet 2011. Source de vie (cantique). Champs d’espérance ; paroles de Gilles Hypolite.
(28) On tend un peu plus l’oreille. Un chant nous parvient. « Où est ta vie, quelle est ta voie ? Source de vie, source de joie. Dieu présent par ton amour. Où est ta vie, quelle est ta voie ? Source de vie, source de joie. Dieu t’aimera toujours ! »
Chanter.
Note : Je ne dispose que d’une photocopie de la partition de ce cantique. Elle apparaît en bas de cette page ; cliquez sur l’image et zoomez. Enfin si vous lisez la musique, chantez !

20 juillet 2011. Alain Bashung. Les mots bleus.
(30.) On fait quelques moulinets le temps que le fer chauffe. On fredonne Les mots bleus. On sort la chemise du cintre où elle a séché. On la repasse, le col d’abord, les épaules, les manches, le devant, le dos.

6 août 2011. Jean-Sébastien Bash : Herz und Mund und Tat und Leben, Cantate BWV 147.
(36.) J’ai envie de chanter « Judo que ma joie demeure ». La mélodie me soulève un peu plus. Je suis aux anges et découvre la plénitude, sobre, cardinale.

21 août 2011. Léonard Cohen. The faith.
(44.) Ce n’est pas un leurre ! On l’entend… Léonard Cohen chantent The Faith. La foi. On y est. On est là.

3 avril 2012. Alain Souchon. J’veux du cuir.
(74.) La poupée s’emballe, « Je veux du cuir. Pas du peep-show du vécu. Je veux des gros seins des gros culs. » Il ne manquait plus ça.

Cy Jung Feuillet — Partition : Source de vie

Information publiée le mardi 3 avril 2012.



Document précédent / Document suivant
Retour à tous les Documents


Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.