[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

10 août 2011



[Muscles en jachère. Caractères ouvrés : 5151]

Je suis en train d’écouter un truc bizarre sur Deezer, le dernier album de The Toxic Avenger ; bizarre mais pas mal. Il me reste un morceau à entendre et je reprends ma playlist, plus calme. Je lui ai ajouté tôt ce matin l’album The future de Léonard Cohen. Waiting for a miracle est parfait pour entamer cette matinée d’écriture. Pour une fois que je choisis le morceau…
Je pose ma balise en haut du 37 et reste dans l’ambiance de Léonard Cohen : Always. 8:02. Tranquille.

Je relis en chaloupant sur mon siège. Always… tatitata… Always… Il faut que je baisse le son car maintenant, je danse au-dessus du clavier. Ce n’est pas très sérieux. Un café. Je reprends. Même à musique étouffée, le texte coule tout seul. J’ajoute deux mots, puis encore deux. Je corrige une belle faute. Je valide.
38. J’ajoute deux courtes phrases vers le début. Le reste me va bien. Je valide.
39. Je tricote un peu, joue des sauts de paragraphes. Je relis plusieurs fois depuis le haut du 37 afin de faire le lien. J’augmente la fin de ce passage pour y mettre de la chair, de la sensation. Je relis encore. C’est compliqué. Je finis par trouver une clé, ce que le « tu » « éprouve » agit sur ce que le « je » ressent pour créer l’unité. J’enlève les trois phrases de contexte que j’avais mises pour démarrer ; je relis.
Il me manque encore le mot qui sera sujet de la phrase qui doit faire le dernier lien… J’ai ! « Gravité » ; et le verbe ? Je veux jouer sur tous les sens du mot. Je me gratte la tête (avec la main gauche) ; le geste semble vain. Je navigue entre ce tableau de bord et mon Feuillet le temps que mon esprit recolle les morceaux et trouve ce foutu verbe ! Quatre spams dans la boîte de réception. Je me disperse pour mieux me recentrer. Étrange manière de faire. Je retourne à mon texte. J’en repars. Je… Il va peut-être me falloir deux phrases. Je ne sais pas. Ce sera finalement le verbe « faiblir » et ma phrase sera « La gravité faiblit. » ; vingt minutes pour arriver là. Des fois, c’est difficile…
Je relis encore et tricote toujours. Ça me va. Je passe enfin à la suite. Je vérifierai demain si cela fonctionne.
40. Le lien avec ce qui précède coule. Je tricote d’emblée le troisième paragraphe. Je laisse courir comme cela vient. Je dois m’arrêter. J’ajoute des chocolats à La liste. J’espère qu’ils résisteront à ma prochaine relecture. Sinon, je les mange. Belle promesse !

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord