[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

20 juillet 2011



[Judo (en soirée) : 1:40:00. Caractères ouvrés : 9176]

Courte semaine de travail (sur ces Feuillets). Courte matinée sans doute, aussi. Je ne veux pas perdre le rythme, « rester dedans », mais j’ai envie aussi de prendre ce qui vient et me nourrir de la vie qui va.
Je reprends donc ce matin au 30, les 28 et 29 étant calés. J’enclenche en même temps un Photocriture sur la culpabilité. J’aime bien écrire deux textes en même temps ; l’un et l’autre me dissipent, en général assez avantageusement, au sens où mon écriture y gagne en efficacité. Allez comprendre !

Je démarre tranquille avec Lily Allen et me réveille un peu avec Anastacia.
Anecdote du jour. Je cherchais dimanche comment relier ces deux phrases : « Alors on gardait notre pantalon. On aimait croire la révolution possible. » ; ce matin j’ai d’abord ajouté « et notre chemise », j’avais dans l’idée que la révolution était liée à un vêtement… Sans chemise, sans… Non, ça c’était Rika Zarai ! Et la solution est venue, à temps. Le lien sera donc, si évident : « Alors on gardait notre culotte. On aimait croire la révolution possible. » Bingo ! Je continue ma relecture, ou plutôt je la reprends en haut du passage ; mais ça, maintenant, vous savez.
R.E.M. À suivre. Je me laisse porter… Quelques corrections à la marge. Rita Mitsouko. Je chaloupe et ris aussi (cette chanson, « Riche », avec Doc Gynéco, est vraiment très drôle). Je me concentre de nouveau. Je cherche si je peux écrire « perdre de sa chaleur », l’ajout de la préposition me chatouille à chaque lecture. Je comprends à la lecture du Petit Robert que l’on « perd de » quand il s’agit d’une chose ; j’aurais voulu que cela dise « perdre (une partie) de sa chaleur ». Je renvoie la question à un article du LexCy(que) car à la énième lecture, je me dis que c’est bien toute sa chaleur que le corps a perdue.
Question suivante ? D’autres petites corrections, une phrase ajoutée. Je jette un œil sur mon plan pour savoir où je vais. À « se dépouiller ». Je continue à relire. J’augmente et ajoute une référence à la Musique qui va avec. Les mots bleus, Bashung. Incontournable à cet endroit. J’augmente la suite. Mon document « La liste » n’est pas à jour. Je note de m’en occuper demain.
Je continue. La fin de ce passage qui part en joli délire me plaît bien. J’y touche à peine. Je validerai le 30 demain, et poursuivrai. Je mets en ligne sur Le monde est stone (version Starmania), à fond dans les enceintes. Je chante.

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord