[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Documents

La liste



Cy Jung Feuillets — La liste

Le point (6.) intègre l’idée d’une liste, celles des objets que l’on aurait dû emporter. Cette liste évolue ensuite dans sa fonction et vient poser la question de ce qui serait nécessaire au bonheur. Pour éviter de m’emmêler les pinceaux, oublier des éléments ou en ajouter sans prévenir (soit créer des incohérences dans le texte), je profite de ma relecture de la V02 pour établir cette liste.

J’utilise un tableau, avec une occurrence par ligne ; cela me permettra, si besoin, de faire un tri alphabétique dans mon traitement de textes. La perspective d’un tri automatique m’empêche d’ailleurs de mettre les articles indéfinis ; cela m’embête mais tant pis.
Une colonne indique quand l’objet est ajouté, une deuxième s’il était retiré. Le même objet peut être ajouté et retiré plusieurs fois (comme Jacques Lacan, par exemple, dont il est si difficile de se défaire !) Par contre, les objets dont « on » discute l’ajout (comme l’encyclopédie ou la guillotine), en tête du (6.) n’y sont pas.

J’indiquerai à chaque fois le point concerné et ferai le lien avec le premier Feuillets de la V02 concerné mis en ligne avec cet élément.

Note : Lors de la V-04 (à partir du 15 novembre 2011), la numérotation des passage est modifiée par des ajouts. Les liens ci-dessous restent bons.

Objets de la liste Ajout Retrait
Dictionnaire (pour trancher) (6.)
Bible (pour cogner) (6.)
Poisson qui pue (6.)
Couteau suisse (pour vider le poisson) (6.) - (21.) (21.)
Tartine (6.)
Oreiller (6.)
Couette (6.)
Tire-bouchon (6.) - (21.) (21.)
Tarte au fraise (6.)
Corde à linge (9.)
Pince (pour que le nez cesse de couler) (9.)
Poupée (21.)
Jacques Lacan (21.) - (30.) (21.)
Echelle (30.)
Paire de merguez (30.)
Pétard sous une boîte de champignon (30.)
Dieu (30.)
Lettre d’amour (30.)
Chaussette (32.)
Vachette (35.)
Chocolats (40.)
Histoire (78.)

Note (28 mars 2012)  : À retrouver ce matin la liste dans le (72), j’ai le sentiment qu’elle est close. Elle est devenue un personnage à part entière, le plus proche de « on », le point d’équilibre. Elle est celle qui rassure, qui soutient, qui par sa litanie permet d’avancer. Et je ne l’imagine pas, dans les pages qu’il me reste à écrire la diminuer ou l’augmenter, en dépit des menaces qui peuvent peser sur l’un ou l’autre de ses composants.
La voici donc, fidèle et entière : « Une Bible, un dictionnaire, un poisson qui pue, un couteau suisse, une tartine, un oreiller, une couette, un tire-bouchon, une échelle, une poupée, une paire de merguez, Jacques Lacan, une tarte aux fraises, un pétard sous une boîte de champignons, une vachette, une pince, Dieu, une lettre d’amour, une corde à linge, une chaussette, des chocolats. »

Note (8 avril 2012) : J’ajoute ce matin « l’histoire » à la liste. « L’histoire » ou « une histoire » ? Je préfère l’article défini mais la liste est construite avec des indéfinis. Alors… Cela semblait passer juste derrière Dieu mais entrait en conflit de sonorité (sans doute pas que) avec la lettre d’amour. Je bascule donc à la fin, juste avant les chocolats, avec un indéfini. Je confirmerai cela dans les prochains jours.

Note (15 avril 2012) : Je valide ce matin la nouvelle liste avec une histoire. La voici donc. Définitive ? Je n’ose plus le dire…
« Une Bible, un dictionnaire, un poisson qui pue, un couteau suisse, une tartine, un oreiller, une couette, un tire-bouchon, une échelle, une poupée, une paire de merguez, Jacques Lacan, une tarte aux fraises, un pétard sous une boîte de champignons, une vachette, une pince, Dieu, une lettre d’amour, une corde à linge, une chaussette, une histoire, des chocolats. »


Information publiée le jeudi 29 mars 2012.



Document précédent / Document suivant
Retour à tous les Documents


Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.