[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

1er avril 2011



[Renforcement musculaire : 34:00. Caractères ouvrés : 3465]

Mon cours de judo d’hier soir a été un pur bonheur et il marquera à coup sûr ces Feuillets. Le terme de bonheur n’est pas usurpé ; c’est exactement ce que m’a procuré ce cours où j’ai travaillé seule avec le sensei (maître) de mon sensei (professeur), travail sur les appuis, les équilibres, l’assise du corps. J’ai ressenti une joie, une sorte de bien-être qui comble. Qui comble… justement, je posais la question du manque. Dans le métro en rentrant, après avoir savouré le petit air frais dans mes cheveux humides de sueur, j’ai noté sur un bout de journal quelques idées. Les voici, telles quelles.
* Éprouver la joie. Marcher. Vent. Cheveux humides. Hara (ventre, en judo ; centre de gravité).
* Faire la liste de ce qui manque. La liste est forcément sans fin.
* Inverser la question. À quoi sert le manque = à quoi sert la soif => Samaritaine.
* La joie. Cette semaine : sur le tatami ; dernière réunion à DJ ; mémoire de Sarah.
* Quand je cours, je ressens le manque. Pas au judo.
* Joie = partage ? Ni amitié. Ni compagnie. Bien partage.
Je répartis ces points dans mon plan avant de me remettre à l’écriture, au point 29 à coup sûr. À le faire, je peux d’ores et déjà assurer que ce que j’ai mis en place entre hier et aujourd’hui va se décaler. Je ne sais par exemple pas encore si la joie vient avant ou après l’espoir ; et inversement. Je procède à minima. J’ajusterai au fil de l’écriture. J’ai aussi noté dans le journal le nom des six étranglements dont je veux me souvenir pour passer ma ceinture orange. Je les note également ici ; on ne sait jamais ; un besoin d’étrangler est vite arrivé ! Donc : Kata Juji Jime, Nami Juji Jime, Gyaku Juji Jime, Okuri eri jime, Kata ha jime ; et comme je n’ai pas retrouvé le nom du sixième, je vous propose Morote jime pour en faire office.
J’en profite pour imprimer mon plan et ajoute au complément une question qui a surgi plusieurs fois depuis hier et que je peine à formuler : Quel est le rapport entre l’état du corps et l’état de l’esprit ? Autrement dit, ce bien-être que j’ai pu ressentir, est-ce le bien-être du corps (pourtant fourbu et usé après le cours de judo) qui a permis la joie ? Je laisse en suspens…

Me voilà avec un nouveau lot de questions. Il est temps que je revienne au texte. Je pose ma balise au niveau du 27, non que je veuille aujourd’hui travailler ce point, mais pour me remettre dans le cours du récit. Je lis vite, j’augmenterai une prochaine fois. Je passe le 28 que je dois également écrire. J’en viens à ce 29 qui occupe mes questions. J’augmente l’accroche avec ce qui précède. J’intègre Lady Gaga au texte. On est le 1er avril ; j’ignore si elle résistera à la relecture !
Je suis pressée par le temps. Je n’arrive pas jusqu’à la nouvelle liste que je voulais poser aujourd’hui. Je me rends compte qu’il faut que je la décale au 31. Je l’indique dans le plan. Je dois filer. Je file.

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord