[

Les Feuillets de Cy Jung

]
Tableau de bord

8 mars 2011



[Judo (en soirée) : 1:30:00. Caractères ouvrés : 5134]

Je reprends ce travail ce matin, après trois jours bien occupés ailleurs. Cette petite pause n’est pas inutile même s’il m’est toujours difficile d’en décider : je reviens dans mon texte riche de trois jours de plus, trois jours de vie qui nourriront mon écriture.
Et je commence par alimenter le Complément au plan. Un témoignage que j’ai rédigé ce matin pour David et Jonathan, mouvement homosexuel chrétien auquel j’ai le plaisir d’adhérer, me mène à cette pensée que je note aussitôt : « La foi, ce n’est pas un truc figé qui se déclinerait uniquement devant un bénitier. » Voilà qui est dit, pour qui craindrait que j’aie renoncé à mon anticléricalisme radical.
Je dois me remettre dans mon texte. Je pars du 18, plus exactement un paragraphe au-dessus pour avoir la transition et qui me permets d’ajouter cette question « Les mots sont-ils nécessaires pour que le corps éprouve ? » Je n’ai pas beaucoup de temps devant moi. Je relis, avec un café. Je corrige à la marge et travaille le texte à travers le rythme, comme souvent. Je ne dois pas oublier le sujet de ce passage («  Sortir. On doit tenter l’amour. »). Je reviens à mon plan et en profite pour faire quelques ajouts pour qu’il colle à mon texte, et vice versa. J’avance… et pas uniquement en nombre de caractères ouvrés !
Je reprends pour finir les premières lignes du 19. Éprouver n’y était pas. Je supprime le premier paragraphe. J’ai pour le coup deux sujets : éprouver l’angoisse (d’un mauvais rêve) et éprouver la fierté (de courir) qui s’exprime par la douleur des courbatures… Il faut sans doute que je divise ces deux points. Je regarde ça demain.

Lire le Feuillet du jour.


Tableau de bord précédent / Tableau de bord suivant
Retour à tous les Tableaux de bord